Pour réduire efficacement sa facture d’électricité, il est essentiel de d’abord l’analyser précisément. Mais le montant d’une facture dépend d’un très grand nombre de paramètres : marchés, intermédiaires, taxes, production … Décryptons cela ensemble avec l’aide des ressources de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE).

Vous cherchez à faire des économies ? Découvrez ici 4 exemples concrets pour réduire votre facture d’électricité !

Répartition des coûts 

 

Pour mieux comprendre comment se décompose une facture d’électricité, commençons par observer une répartition très générale des coûts :

Facture électricité graphique coûts

Les frais de fourniture

Cette part correspond au coût de la fourniture de l’électricité. Elle comprend le prix de l’électricité (de l’électron), son coût de production et son coût d’approvisionnement. Ensuite s’ajoutent les coûts de commercialisation, de gestion relation client et une marge.

Les frais d’acheminement 

Ce sont les frais liés à l’exploitation des réseaux de transport (très haute tension) et de distribution (moyenne et basse tension). La part occupée par ces frais dans une facture dépend de différents facteurs, dont notamment la puissance appelée au niveau des points de livraison, et la quantité d’énergie consommée.

Facture électricité réseau

La facture d’électricité comporte donc une part fixe et une part variable. La part fixe correspond à l’abonnement, c’est à dire les frais payés pour bénéficier d’une puissance donnée à son compteur. Par exemple, un « tarif bleu résidentiel », donne accès à une puissance de 3 à 36 kVA. La part variable elle, varie comme son nom l’indique avec le volume d’électricité consommé. Ainsi, la part variable augmente proportionnellement à la consommation.

La particularité des frais d’acheminements est qu’ils sont en bonne partie réglementés par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE). En effet, celle-ci fixe tous les ans les Tarifs d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité (TURPE) qui sont facturés au consommateur final.

On retrouve alors principalement dans le TURPE :

  • La composante annuelle de gestion qui couvre les coûts de gestion de dossiers et de facturation assumés par les gestionnaires des réseaux publics de distribution.

 

  • La composante annuelle de comptage qui couvre les coûts liés à l’entretien et au contrôle du dispositif de comptage. Mais aussi ceux liés aux relevés et à la location des compteurs.

 

 

NB : sur les factures des offres “particuliers”, ces frais peuvent ne pas être détaillés et être directement inclus dans les  frais d’abonnement.

Les taxes et contributions

Elles représentent une part non négligeable de la facture d’électricité ! Nous ne prenons que trop peu de temps pour les examiner. Pourtant, elles représentent la part des coûts la plus importante (généralement entre 40% et 50% de la facture totale):

Tirelire taxe électricité

 

  • La Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA) est destinée à alimenter les caisses de retraites et droits spécifiques relatifs à l’assurance vieillesse des employés du gaz et de l’électricité.

 

 

  • Les Taxes sur la Consommation Finale d’Electricité (TCFE) sont définies par les communes et les départements. Payées par tous les consommateurs d’électricité dont la puissance maximale souscrite est inférieure ou égale à 250 kVA, elles recouvrent :

→ La Taxe Communale sur la Consommation Finale d’Electricité (TCCFE)

→ La taxe Départementale sur la Consommation Finale d’Electricité (TDCFE).

 

  • La Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) s’élevant à  :

→ 5,5 % sur l’abonnement et la CTA pour une puissance souscrite inférieure ou égale à 36 kVA et 20 % sur la part proportionnelle (y compris la CSPE et la TCFE).

→ 20 % sur l’ensemble de la facture pour une puissance souscrite supérieure à 36 kVA.

 

Quelques exemples

Prenons quelques exemples pour illustrer cette explication.

Besoin de concret ? cliquez ici !

Facture d’un particulier ou d’une TPE

Un foyer a souscrit à une offre “base”. La puissance souscrite est de 9 kVA, le tarif de kWh TTC de 0,1464€ par kWh, et l’abonnement coûte 11,97€ TTC par mois.

Contrairement à une offre pour les professionnels, les coûts annoncés sur la grille tarifaire du fournisseur prennent en compte les différentes composantes annoncées dans cet article.

Ainsi, le coût du kWh annoncé sur la facture d’électricité se compose du coût de fourniture, de la part variable du TURPE, et des différentes taxes.
Si le foyer a consommé 200 kWh sur le mois, la facture sera donc de 41,25€ TTC.

Facture d’une entreprise ou collectivité

Dans ce cas, le prix au kWh annoncé par le fournisseur correspond uniquement aux frais de fourniture de l’énergie, auxquels il conviendra d’ajouter le TURPE et les Taxes si on veut connaître le prix total facturé.

Facture électricité graphique coûts entreprises

Ainsi, pour une entreprise ayant souscrit à une offre basse tension supérieure à 36kVA, en courte utilisation, avec :

  • Un coût de kWh en période creuse en hiver (HCH) de 0,04€ par kW ;
  • Un coût de kWh en période pleine en hiver (HPH) de 0,055€ par kW ;
  • Une puissance souscrite pour ces deux périodes de 48 kW ;
  • Des taxes locales de 0,957c€ par kWh.

 

Le coût total d’un kWh en HPH sera : (0,055 + 0,0491 + 0,0225 + 0,00957) x 1,2 = 0,1634€ TTC par kWh

Le coût total d’un kWh en HCH sera : (0,04 + 0,0301 + 0,0225 + 0,00957) x 1,2 = 0,1226€ TTC par kWh

Le part fixe de sa facture sera : ((15,07 + 35,53 + 40,8) * 1,2704) * 1,2 = 139,34€ TTC

Pour une consommation de 5000 kWh en période pleine, et 1000 kWh en période creuse, sur le mois de Décembre, sa facture décomposée sera donc :

  • La part variable : 5000 x 0,1634 + 1000 x 0,1226 =  939,60€ TTC
  • La part fixe : 139,34€ TTC

Soit une facture d’électricité totale pour le mois de 1078,94€ TTC.

Faire des économies sur sa facture d’électricité

Pour faire des économies significatives, il faut souvent associer plusieurs actions !

Voici les trois principaux axes à envisager pour réduire sa facture d’électricité :

  • Renégocier son contrat de fourniture d’énergie pour abaisse le prix de la molécule. Mais encore faut-il avoir les bons outils pour bien mesurer l’impact réel, et dissocier l’évolution des taxes, services, et volume consommé.
  • Optimiser les différents abonnements afin de les adapter aux besoins réels. ; accessible quand l’on a peu de sites à gérer, beaucoup plus compliqué et chronophage quand on en a 50 ou 100 !
  • Abaisser son volume global de consommation : c’est là que réside le plus d’économies, et c’est par ce biais que l’on pourra atteindre in fine les objectifs globaux de réduction.

 

Facture électricité CTAB