Pour réduire efficacement sa facture d’électricité, il est essentiel de d’abord l’analyser précisément. Mais le montant d’une facture dépend d’un très grand nombre de paramètres : marchés, intermédiaires, taxes, production … Décryptons cela ensemble avec l’aide des ressources de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE).

Répartition des coûts 

Pour mieux comprendre comment se décompose une facture d’électricité, commençons par observer une répartition très générale des coûts :

Décomposition des coûts d'une facture d'électricité

Les frais de fourniture

Cette part correspond au coût de la fourniture de l’électricité. Elle comprend le prix de l’électricité (de l’électron), son coût de production et son coût d’approvisionnement. Ensuite, s’ajoutent les coûts de commercialisation, de gestion relation client et une marge.  

Les frais d’acheminement 

Ce sont les frais liés à l’exploitation des réseaux de transport (très haute tension) et de distribution (moyenne et basse tension). La part occupée par ces frais dans une facture dépend de différents facteurs, dont notamment la puissance appelée au niveau des points de livraison, et la quantité d’énergie consommée. 

Ainsi, il y a une part de ces coûts que l’on peut qualifier de part “fixe”. C’est à dire qui dépendent de l’offre à laquelle on a souscrit, et une autre part “variable”. Qui dépend donc du nombre de kWh consommés. Le prix se fixe, là aussi, en fonction de l’offre souscrite.

La particularité des frais d’acheminements est qu’ils sont en bonne partie réglementés par la Commission de Régulation de l’Énergie. En effet, celle-ci fixe tous les ans les Tarifs d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité (TURPE) qui sont facturés au consommateur final. 

On retrouve alors principalement dans les TURPE : 

  • La composante annuelle de gestion qui couvre les coûts de gestion de dossiers et de facturation assumés par les gestionnaires des réseaux publics de distribution. 

 

  • La composante annuelle de comptage qui couvre les coûts liés à l’entretien et au contrôle du dispositif de comptage. Mais aussi ceux liés aux relevés et à la location des compteurs. 

 

 

 NB : sur les factures des offres “particuliers”, ces frais peuvent ne pas être détaillés et composer une partie des frais d’abonnement. 

Les taxes et contributions 

Elles représentent une part non négligeable de la facture d’électricité ! Nous ne prenons que trop peu de temps pour les examiner. Pourtant, elles représentent la part des coûts la plus importante : 

  • La Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA) est destinée à alimenter les caisses de retraites et droits spécifiques relatifs à l’assurance vieillesse des employés du gaz et de l’électricité.

 

 

  • Les Taxes sur la Consommation Finale d’Electricité (TCFE) sont définies par les communes et les départements. Payées par tous les consommateurs d’électricité dont la puissance maximale souscrite est inférieure ou égale à 250 kVA, elles recouvrent :

→ La Taxe Communale sur la Consommation Finale d’Electricité (TCCFE)

→ La taxe Départementale sur la Consommation Finale d’Electricité (TDCFE). 

 

→ 5,5 % sur l’abonnement et la CTA pour une puissance souscrite inférieure ou égale à 36 kVA et 20 % sur la part proportionnelle (y compris la CSPE et la TCFE).

→ 20 % sur l’ensemble de la facture pour une puissance souscrite supérieure à 36 kVA.

 

Quelques exemples

Facture d’un particulier ou d’une TPE

Un foyer a souscrit à une offre “base”. La puissance souscrite est de 9 kVA, le tarif de kWh TTC de 0,1464€ par kWh, et l’abonnement coûte 11,97€ TTC par mois.

 

Contrairement à une offre pour les professionnels, les coûts annoncés sur la grille tarifaire du fournisseur prennent en comptent les différentes composantes annoncées dans cet article.

Ainsi, le coût du kWh se compose du coût de fourniture, de la part variable du TURPE, et des différentes taxes.

Si le foyer a consommé 200 kWh sur le mois, la facture sera donc de 41,25€ TTC.

 

Facture d’une entreprise ou collectivité

Dans ce cas, le prix au kWh annoncé par le fournisseur correspond uniquement au frais de fourniture de l’énergie, auquel il conviendra d’ajouter le TURPE et les Taxes.

Ainsi, pour une entreprise ayant souscrit à une offre basse tension supérieure à 36kVA, en courte utilisation, avec :

  • un coût de kWh en période creuse en hiver (HCH) de 0,04€ par kWh
  • un coût de kWh en période pleine en hiver (HPH) de 0,055€ par kWh
  • une puissance souscrite pour ces deux périodes de 48 kW
  • des taxes locales de 0,957c€ par kWh

Le coût total d’un kWh en HPH sera : (0,055 + 0,0491 + 0,0225 + 0,00957) x 1,2 = 0,1634€ TTC par kWh

Le coût total d’un kWh en HCH sera : (0,04 + 0,0301 + 0,0225 + 0,00957) x 1,2 = 0,1226€ TTC par kWh

Le part fixe de sa facture sera : ((15,07 + 35,53 + 40,8) * 1,2704) * 1,2 = 139,34€ TTC

Pour une consommation de 5000 kWh en période pleine, et 1000 kWh en période creuse, sur le mois de Décembre, sa facture décomposée sera donc :

  • La part variable : 5000 x 0,1634 + 1000 x 0,1226 =  939,60€ TTC
  • La part fixe : 139,34€ TTC 

Soit une facture totale pour le mois de 1078,94€ TTC.

 

Faire des économies sur sa facture d’électricité

Nous avons vu que la facture d’électricité se décompose en deux types de coûts : fixes et variables.

Ainsi, il est possible de faire des économies en diminuant sa consommation et également en ajustant au mieux son abonnement.

En cas d’investissements liés aux économies d’énergie, il convient donc de prendre en compte, le coût total du kWh, et non uniquement le coût de fourniture, pour le retour sur investissement.

Pour optimiser son abonnement, notamment la puissance souscrite, il faut regarder la puissance que l’on a utilisé sur une période assez large (de 12 à 24 mois).

Les nouveaux compteurs intelligents permettent d’avoir une information précise sur ce sujet et ainsi d’optimiser au mieux son abonnement.

Parce que l’expertise et l’accompagnement sont au coeur de notre activité, retrouvez ici nos solutions pour mieux comprendre et optimiser vos consommations !